30 juin 2012

Mille et un croquis de plage à la Galerie de la Plage

 

 

 

1001_croquis_de_plage__034

Mille et un croquis

Un croquis de plage consiste à croquer les gens qui bronzent ou qui lisent sur la plage. Le croquis dure quelques minutes voire quelques secondes suivant l’agitation du modèle qui se sent observé mais qui n’est pas prévenu. A ce rythme, dix soirées ont suffit pour accumuler plus de mille personnages. voir le diaporama

Galerie de la plage

La galerie de la plage est une galerie itinérante sur la plage entre l’opéra et le Castel, c'est-à-dire sur les lieux même des croquis et des amateurs de plage qui ont été croqués .

Pourquoi exposer sur la plage alors qu’il y a de si belles galeries de l’autre coté de la rue ? Parce qu’elles sont dédiées à des artistes qui ne savent pas dessiner et qui en sont fiers. De toute façon, c’est aux modèles que s’adresse l’exposition.

L’exposition des croquis de plage aura donc lieu sur la plage. Pas de cimaises ? On se débrouillera !

voir le diaporama

1001_croquis_de_plage__039

Procédure

En rentrant du boulot en fin d’après midi, sortir du bus près de la plage de l’opéra, piquer une tête jusqu’à la bouée, et prendre une douche une fois revenu sur la plage.

Sortir la planche à dessin, les bristols, les pinces à dessin, la plume et l’encre de chine, se mettre debout pour mieux voir et choisir un modèle parmi les corps en train de bronzer.

Dessiner autour de soi tous les modèles visibles depuis ce point, en se retournant si besoin.

Se déplacer en direction du Castel jusqu’au point d’observation suivant pour dessiner un nouveau groupe de modèles. Répéter l’opération jusqu’à la tombée du jour puis les lendemains jusqu’à l’obtention des mille et un croquis.

voir le diaporama

 

 

1001_croquis_de_plage__016

 

Temps de pose

 

Dessiner quelqu’un exige un certain temps d’observation et de restitution.

Savez vous combien de temps une personne reste immobile sur la plage ?

Cinq secondes en moyenne. Même les plus calmes, les lecteurs, les dormeurs, bougent très souvent. Sans parler des autres. Les jours de vent, de vagues, les coins à puces provoquent des agitations phénoménales pour quelqu’un qui cherche l’immobilité dans une foule mouvante.

voir le diaporama

1001_croquis_de_plage__066

Choix du modèle

Le modèle sera choisi pour la qualité et la stabilité de sa pose, son calme apparent, et sa visibilité ; il faut que le corps se détache bien sur un fond neutre (galets, mer) ; les assemblées de dineurs ne conviennent pas en général. Bien sûr, il y a des exceptions. Il est intéressant de suivre un beau modèle même s’il bouge beaucoup : elle est inégalable la grâce des jolies filles se dandinant comme des goélands sur les galets pointus et entrant dans l’eau effarouchées par le contact de l’eau.

voir le diaporama

Debout, assis, couché

Les russes, nombreux sur la plage, bronzent debout pour profiter du soleil quand il  décline. C’est une aubaine car les poses sont assez stables et mettent en valeur la musculation des messieurs et le galbe des dames.  

Les poses assises sont en principe très favorable à l’observation et mettent en valeur l’architecture du corps. Par contre, les galets rendent ces poses inconfortables et donc très agitées.

Les poses allongées sont stables, surtout chez les dormeurs, mais difficiles à observer à moins de se mettre debout au milieu des bronzeurs.

 voir le diaporama

De l’audace, de l’audace et encore de l’audace

Dessiner debout sur une plage, ce n’est pas discret, mais ça offre l’avantage de rendre la démarche de dessinateur complètement évidente et suscite la tolérance des modèles (quand un photographe camouflé provoquerait vraisemblablement l’effet inverse). Commencer par croquer les personnes au loin permet aux modèles proches de se décontracter et de s’habituer à la présence de l’intrus.

Les réactions

Pas de réaction violente à ce jour, mais une curiosité un peu détachée, entre respect et indifférence, sans doute due à la timidité. Je sens bien quelques passages dans mon dos de gens qui viennent observer discrètement, mais, même les enfants sont plus distants que d’habitude. Quelques belles rencontres d’enfants malgré tout(Yanis, Joël, Alex, …), qui posent en portrait avec une grande concentration.

Vous les vendez ?

Recevoir un pourboire de quelques euros, c’est ce que je peux espérer de mieux comme générosité de la part des bronzeurs dont l’emploi du temps est consacré à la plage et au restaurants. Autant dire que ça ne donne pas envie de vendre. je préfère les garder pour les exposer.

Et après ?

Qu’est ce que vous en faites après ? C’est la question qui revient tout le temps. Je sens qu’il faudrait faire une vraie œuvre à partir de ces croquis pour être à leur yeux un vrai artiste. Comment expliquer que l’œuvre est déjà là, que la force du croquis ne se conserve pas au frigo, que c’est fait sur le motif exprès, …

A la réflexion, il y a un tout petit après, c’est la bande bleue.

Le trait bleu

Le trait bleu, qui est tracé de retour à la maison, rappelle la mer, donne un horizon et crée un lien entre les personnages. Il court de bristol en bristol quand on les place l’un à coté de l’autre en une longue file, qui fait comme un dessin très très long et renvoie à l’immensité de la plage.

Rendement

Les bristol ont été triés sur des critères de qualité concernant le dessin (proportions, style) de chaque personage de la feuille, la composition du groupe de personnages, et l’intérêt du trait bleu.

Le risque de devoir rejeter un bristol pour une de ces trois raisons étant énorme, il faut donc un très bon rendement de dessin et de composition dès le départ. Cela s’obtient en réalisant beaucoup de croquis d’échauffement. 

 

1001_croquis_de_plage__017

Posté par vf fournier à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Mille et un croquis de plage à la Galerie de la Plage

Nouveau commentaire